L'Afghanistan en désespoir

Par Melody HansenMike Zenari Changer en allemand pour l'article original

En janvier, le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres a parlé d'un «cauchemar qui se déploie en Afghanistan» et a mis en garde le monde contre une «course contre la montre pour aider le peuple afghan». Un entretien avec Fida Sarwary, un Afghan au Luxembourg, et Sam Mort, une collaboratrice de l'Unicef qui se trouve à Kaboul, sur une situation désespérée.

Fida Sarwary nous accueille dans son appartement du centre de Dudelange. Il pose une théière rose ainsi qu'un plateau avec des biscuits et des raisins secs sur le sol et s'assoit sur le canapé à côté. « C'est ma fille qui a choisi la couleur de la théière. Elle a cinq ans », dit l'homme de 27 ans et ses yeux sombres se mettent à briller. La théière contient du thé noir d'Afghanistan. Les raisins secs viennent également d'Afghanistan. « Je viens juste de les sortir du congélateur. Il est donc possible qu'ils soient encore un peu froids. » Lorsque Fida a rangé le thé et les raisins secs dans sa valise en août dernier en Afghanistan, il ne savait pas s'il allait arriver vivant au Luxembourg, auprès de sa femme et de sa fille.

Fida s'était rendu en Afghanistan pour rendre visite à son père malade. Deux jours seulement avant son retour, le 15 août 2021, les talibans prennent le contrôle du pays. Fida reste bloqué à Kaboul pendant dix jours et vit l'enfer. À l'aéroport, il est passé à tabac par des talibans. Il voit des enfants mourir et des gens s'écraser les uns les autres. Pendant ce temps, sa femme et sa fille craignent pour lui à la maison. Il avait raconté toute son histoire au Tageblatt en septembre.

Aujourd'hui – près de six mois plus tard – Fida n’a toujours pas digéré ce qu'il a vécu. « Les deux premières semaines après mon retour, j'ai à peine pu dormir. C'est encore très difficile pour moi. » Vient s'ajouter le fait que la situation dans son pays d'origine se soit drastiquement aggravée depuis son retour.

Accédez à la suite du contenu.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonné·e·s en-dessous de l'âge de 26 ans

    90,00 €
    /an

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

Pour finaliser l'inscription, cliquez sur le lien indiqué dans l'e-mail que nous venons de vous envoyer. Vérifiez également votre dossier de courrier indésirable ou spam, en cas de doute. La mise à jour de votre profil Journal peut prendre quelques minutes.

Une erreur est survenue lors de ton inscription à la newsletter. Tu peux nous contacter à abo@journal.lu.

Suivant

Sortir de l'ombre