La santé mentale pourrait enfin devenir une matière scolaire

Par Sarah RaparoliLex Kleren Changer en allemand pour l'article original

La santé mentale - aucun sujet n'a été plus présent au début de la pandémie. Nous avons discuté avec Tania Daubenfeld et le Dr Fränz D'Onghia de ce que les derniers mois nous ont appris et de la question de savoir si le bien-être mental trouve enfin sa place dans les programmes scolaires.

Une jeune femme joyeuse ouvre la porte. Elle rit, ses yeux brillent, des aboiements forts résonnent dans la maison. « Entrez, n'ayez pas peur du chien, il ne fait rien. » Nous nous installons dans le jardin, entourés de fleurs colorées et de beaucoup de verdure, le temps est en notre faveur. C'est une belle journée d'août et à cet instant-là, les derniers mois de la pandémie ne sont qu'un souvenir lointain. Cependant, en ce qui concerne la santé mentale, cela n’est pas prêt de se produire, déclare Tania Daubenfeld. Un certain tabou existe encore et c'est exactement ce que Tania veut changer. Son compte Instagram est dédié aux questions de santé mentale. Elle veut sensibiliser et éduquer, mais son engagement va encore plus loin. Elle donne des aperçus de sa vie privée, laissant sa communauté partager ses expériences. La jeune femme de 25 ans a été diagnostiquée avec des attaques de panique en 2014. Cependant, son histoire remonte à bien plus tôt.

La suite de cet article est réservée aux abonnés.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonnés en-dessous de l'âge de 26 ans

    90,00 €
    /an

La santé mentale pourrait enfin devenir une matière scolaire

2,00 €
/article

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

Suivant

D'une famille de drapiers à une famille de vignerons