La désinformation en mutation

Par Misch Pautsch Changer en allemand pour l'article original

Alors que la pandémie du coronavirus passe de plus en plus en arrière-plan dans le débat médiatique, les campagnes de désinformation agressives qui l'ont accompagnée semblent également s'estomper. Mais cela ne signifie pas que la désinformation a disparu, bien au contraire - les thèmes ont simplement été adaptés.

Au cours des trois dernières années, la société dans son ensemble a été contrainte de faire face à la désinformation, que ce soit sur les réseaux sociaux, dans des débats télévisés ou à table. Les conversations sur les vaccins, les virus, les laboratoires secrets et les soi-disant remèdes miracles ont mis à l'épreuve certaines relations sociales allant jusqu'à la rupture. Et parfois même au-delà. Aujourd'hui, près de trois ans après le début de la pandémie, il semble parfois que la grande vague de désinformation nous ait submergés et que la société vive à nouveau plus ou moins dans une réalité commune.

Une double erreur de déduction. Les personnes qui ont glissé dans les cercles conspirationnistes pendant la pandémie de coronavirus sont encore aujourd'hui souvent exposées à de fausses informations et adhèrent souvent à des schémas de pensée forgés durant cette époque, explique Karin Weyer, directrice du service anti-radicalisation respect.lu. Alors que la force de liaison des mythes de conspiration autour de la pandémie s'affaiblit en même temps que les mesures sanitaires, selon Peter Stano, porte-parole du Service européen pour l'action extérieure (SEAE), des campagnes de désinformation fournissent à leur public des doutes actualisés : l'invasion de l'Ukraine, l'instabilité politique et économique et, toujours en arrière-plan, les symptômes sociaux à long terme liés à la pandémie.

Accédez à la suite du contenu.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonné·e·s en-dessous de l'âge de 26 ans

    90,00 €
    /an

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

Pour finaliser l'inscription, cliquez sur le lien indiqué dans l'e-mail que nous venons de vous envoyer. Vérifiez également votre dossier de courrier indésirable ou spam, en cas de doute. La mise à jour de votre profil Journal peut prendre quelques minutes.

Une erreur est survenue lors de ton inscription à la newsletter. Tu peux nous contacter à abo@journal.lu.

Suivant

L’humanitaire selon Runa Khan