« J’ai relativement peu dormi en 2020 »

Par Pascal SteinwachsEric Engel Changer en allemand pour l'article original

Si le Parlement est le cœur de la démocratie, l'administration parlementaire est en quelque sorte la salle des machines du pouvoir législatif. Ici, tous les rouages doivent s'emboîter, sans quoi le pouvoir législatif s'enlise. Nous avons rendu visite au machiniste en chef Laurent Scheeck.

La chaîne Chamber TV peut être vraiment captivante, par exemple la déclaration sur l'état de la Nation et ses escarmouches entre la majorité et l'opposition, au cours desquelles les député·e·s peuvent vraiment s'en donner à cœur joie. Cependant, le·la téléspectateur·rice régulier·ère de Chamber TV aura également remarqué que pendant les sessions parlementaires publiques, deux autres personnes sont assises à gauche et à droite du président de la Chambre pendant tout le temps, sans prendre la parole à aucun moment, du moins pas de manière audible pour tout le monde.

Il ne s'agit pas d’hommes ou femmes politiques élu·e·s, mais des plus haut·e·s fonctionnaires de la Chambre des députés : le secrétaire général (Laurent Scheeck) est assis à gauche du président dans l'hémicycle (du point de vue des spectateur·rice·s), la secrétaire générale adjointe (Isabelle Barra) à droite du premier citoyen du pays. La Chambre des députés dispose toutefois d'un autre secrétaire général adjoint, Benoît Reiter, qui n'est pas visible pendant les séances publiques.

En général, les fonctionnaires, y compris le secrétaire général, se montrent très discret·ète·s et agissent plutôt en arrière-plan. La réception de Nouvel An de la Chambre des députés, lors de laquelle le secrétaire général prononce son discours traditionnel, constitue une exception.

Accède à la suite du contenu.

  • Abonnement annuel

    174,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    16,00 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonné·e·s en-dessous de l'âge de 26 ans

    90,00 €
    /an

As-tu déjà un compte ?

Connecte-toi
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

Pour finaliser l'inscription, cliquez sur le lien indiqué dans l'e-mail que nous venons de vous envoyer. Vérifiez également votre dossier de courrier indésirable ou spam, en cas de doute. La mise à jour de votre profil Journal peut prendre quelques minutes.

Une erreur est survenue lors de ton inscription à la newsletter. Tu peux nous contacter à abo@journal.lu.

Suivant

Derrière les barreaux avec des problèmes de drogue