J'ai deux mots à vous rire - La bourse ou l’avis

Par Claude Frisoni

Notre chroniqueur au grand cœur s’inquiète des pertes gigantesques subies par les milliardaires les plus fortunés de la planète.

Ainsi donc, le Black Monday que j’avais annoncé pour le 17 janvier a eu lieu avec une semaine de retard. Et il a coïncidé avec le début du fameux Festival de l’auto… satisfaction. Le Black Monday qui a surpris et effrayé tout le monde, s’est déroulé dans les bourses des grands pays. Ainsi, la Bourse de Paris a perdu, en une seule journée, plus de 4%. C’est certes beaucoup moins dramatique que les moins 22% subis lors d’authentiques « lundis noirs » mais ça a quand même traumatisé nombre de commentateurs. Ainsi, le site spécialisé Économie Matin écrit-il : « Les tensions en Ukraine, la hausse du prix de l’énergie, le variant Omicron qui continue de se propager, les pénuries qui se poursuivent et l’inflation, élevée, qui inquiète pour la consommation des ménages auront eu raison de l’optimisme ambiant ». Et voilà, tout est dit. Pour ma part, à ces indicateurs angoissants, j’ai ajouté une douleur du côté des cervicales, une paresse chronique et une facture atrocement douloureuse de mon dentiste.

Accédez à la suite du contenu.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonné·e·s en-dessous de l'âge de 26 ans

    90,00 €
    /an

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

Pour finaliser l'inscription, cliquez sur le lien indiqué dans l'e-mail que nous venons de vous envoyer. Vérifiez également votre dossier de courrier indésirable ou spam, en cas de doute. La mise à jour de votre profil Journal peut prendre quelques minutes.

Une erreur est survenue lors de votre inscription à la newsletter, veuillez-nous contacter abo@journal.lu.

Suivant

Envie d’indépendance