J'ai deux mots à vous rire - La bourse ou l’avis

Von Claude Frisoni Artikel nur auf Französisch verfügbar

Notre chroniqueur au grand cœur s’inquiète des pertes gigantesques subies par les milliardaires les plus fortunés de la planète.

Ainsi donc, le Black Monday que j’avais annoncé pour le 17 janvier a eu lieu avec une semaine de retard. Et il a coïncidé avec le début du fameux Festival de l’auto… satisfaction. Le Black Monday qui a surpris et effrayé tout le monde, s’est déroulé dans les bourses des grands pays. Ainsi, la Bourse de Paris a perdu, en une seule journée, plus de 4%. C’est certes beaucoup moins dramatique que les moins 22% subis lors d’authentiques « lundis noirs » mais ça a quand même traumatisé nombre de commentateurs. Ainsi, le site spécialisé Économie Matin écrit-il : « Les tensions en Ukraine, la hausse du prix de l’énergie, le variant Omicron qui continue de se propager, les pénuries qui se poursuivent et l’inflation, élevée, qui inquiète pour la consommation des ménages auront eu raison de l’optimisme ambiant ». Et voilà, tout est dit. Pour ma part, à ces indicateurs angoissants, j’ai ajouté une douleur du côté des cervicales, une paresse chronique et une facture atrocement douloureuse de mon dentiste.

Du willst mehr? Hol dir den Zugang.

  • Jahresabo

    168,00 €
    /Jahr
  • Monatsabo

    15,50 €
    /Monat
  • Zukunftsabo für Abonnent*innen im Alter von unter 26 Jahren

    90,00 €
    /Jahr

Du hast bereits ein Konto?

Einloggen
Jetzt den Newsletter abonnieren und nichts mehr verpassen. 

Um die Anmeldung abzuschließen, klicke auf den Link in der E-Mail, die wir dir gerade geschickt haben. Überprüfe im Zweifelsfall auch deinen Spam- oder Junk-Ordner. Es kann einige Minuten dauern, bis dein Journal-Profil aktualisiert ist.

Une erreur est survenue lors de votre inscription à la newsletter, veuillez-nous contacter abo@journal.lu.

Weiter

Lust auf Unabhängigkeit