Du déchet au précieux engrais

Par Christian BlockLex Kleren Changer en allemand pour l'article original

Le Luxembourg a encore du retard à rattraper en matière de valorisation séparée des déchets organiques. Minett-Kompost s'y connaît parfaitement dans la transformation des déchets de cuisine en compost. Le syndicat attend à l'avenir une production plus importante, davantage d’économie circulaire et un travail d'information continu.

Pour entrer dans l'installation de méthanisation, il faut s’armer de courage. Car ici, à Mondercange, des camions livrent le contenu des poubelles organiques de dizaines de communes. Peaux de bananes, broyats de pommes, marc de café, fromages et viandes avariés ainsi que de l'herbe : des tonnes de restes alimentaires et de déchets de cuisine atterrissent chaque jour au Syndicat Minett-Kompost. Un aimant extrait d'abord les objets métalliques qui se sont égarés dans les poubelles organiques. Ensuite, le mélange est grossièrement broyé. « Le but est d'ouvrir les sacs en plastique sans les broyer », explique François Delion pour décrire le processus. L'odeur intense ne dérange plus le chef d'exploitation depuis longtemps. « Je ne le sens plus », dit-il en riant.

Ce que nous, en tant que consommateurs et consommatrices, souhaitons souvent voir éliminé le plus rapidement possible, est une ressource précieuse pour Minett-Kompost. Le contenu des poubelles organiques est trié en deux fractions dans un tamis à tambour. Tout ce qui est plus petit que 80 mm atterrit dans le fermenteur. On peut s'imaginer que c'est une grande pièce sombre. Pendant environ trois semaines, une multitude de bactéries décomposent les déchets à une température d'à peine 40° Celsius, en l'absence d'oxygène, et les transforment en biogaz. Il ne reste qu'une masse brune, appelée digestat. L'eau est retirée de ce digestat par un pressage. Cette masse est ensuite mélangée à des branches et des tailles de haies – tout ce qui fait plus de 80 mm – pour produire du compost. Celui-ci peut alors être utilisé sans crainte dans les champs, les jardineries ou les jardins privés.

Suite à un projet pilote, 16 communes ont créé en 1993 le syndicat Minett-Kompost. Quatre ans plus tard, l'installation de compostage de Mondercange a été mise en service, complétée en 2011 par une installation de méthanisation. Jusqu'à présent, l'installation a transformé chaque année environ 35.000 tonnes de déchets organiques (déchets de jardin et de cuisine) en biométhane, compost et copeaux de bois. Cette année, et à l'avenir également, ce chiffre va augmenter de manière significative. C'est probablement en 2022 que Jerry Clement compte sur l'adhésion officielle de la commune de Luxembourg. Cette année déjà, l'installation a dû gérer plus de 40.000 tonnes, car le syndicat de déchets Sidec, avec ses 46 communes membres dans le nord du pays, a livré environ 7.000 tonnes par le biais d'une convention.

La suite de cet article est réservée aux abonnés.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonnés en-dessous de l'âge de 26 ans

    90,00 €
    /an

Du déchet au précieux engrais

2,00 €
/article

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

To complete the subscription process, please click the link in the email we just sent you. Check your spam or junk folder too, in case of doubt.

Suivant

Politiquement invisibles