« Donner une chance à tous »

Par Christian BlockLex Kleren Changer en allemand pour l'article original

Kevin Michels a vécu dans la rue pendant cinq ans. Puis il a obtenu un logement grâce à la fondation Jugend- an Drogenhëllef. Depuis lors, la situation de l'homme de 29 ans s'est améliorée. Son histoire montre que le « Housing First » (Logement d’abord) fonctionne. Cependant, la reconnaissance du concept et l'étroitesse du marché du logement restent des obstacles.

Tout a commencé lorsque Kevin Michels a été placé dans un foyer par ordonnance du tribunal à l'âge de 14 ans. Il n'y reste pas longtemps, multipliant les fugues. À un moment donné, au fil des ans, il commence à se droguer. S’ensuit un épisode en prison. Kevin Michels n'en parle pas beaucoup. Il dit seulement qu'il a « merdé » en rapport avec sa consommation de drogue. Il ne peut plus retourner chez ses parents. Ils ne veulent pas l'accueillir. « Il n'y a pas d'autre choix que la rue », dit-il sobrement.

Avec son sac de couchage, il passe la nuit dans la rue pendant des années, parfois dans un parking. Il prend de l'héroïne et de la cocaïne, en partie par ennui, en partie pour échapper à sa propre souffrance. Au moins temporairement.

Car la recherche de l'ivresse a son prix. La dépendance crée ses propres problèmes. Pour pouvoir financer la dose suivante, il arpente chaque jour les rues de la capitale en mendiant. « C'est un cercle vicieux. Tu te réveilles le matin et ça recommence encore et encore. » C’est à cela que se résume le quotidien du jeune homme de 29 ans dans le milieu de la drogue.

Accède à la suite du contenu.

  • Abonnement annuel

    174,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    16,00 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonné·e·s en-dessous de l'âge de 26 ans

    90,00 €
    /an

« Donner une chance à tous »

2,00 €
/article

As-tu déjà un compte ?

Connecte-toi
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

Pour finaliser l'inscription, cliquez sur le lien indiqué dans l'e-mail que nous venons de vous envoyer. Vérifiez également votre dossier de courrier indésirable ou spam, en cas de doute. La mise à jour de votre profil Journal peut prendre quelques minutes.

Une erreur est survenue lors de ton inscription à la newsletter. Tu peux nous contacter à abo@journal.lu.

Suivant

Le sens de l’équilibre