Disparu·e: Chaque cas est un cas de trop

Par Sarah RaparoliLex Kleren Changer en allemand pour l'article original

Lorsqu'une personne disparue est signalée à la presse, tout le Luxembourg est au courant. Mais peu de gens savent que la disparition d'une personne déclenche une procédure strictement réglementée. De plus, tout le monde ne veut pas forcément être trouvé. Conversation avec le département des enquêtes criminelles.

Autrefois, il fallait ouvrir le journal, aujourd'hui, les notifications push, les portails d'information, les stations de radio et les posts sur les réseaux sociaux informent sur les personnes portées disparues. Cela peut facilement donner l'impression qu'il y a plus de personnes qui disparaissent qu'avant. En particulier pendant la première année de la pandémie, il n'était pas rare que les commentaires sous les articles de presse correspondants apparaissaient comme suit : « Une autre personne disparue, ça s'aggrave » ou « Mais que se passe-t-il donc ? Tant d'enfants portés disparus en si peu de temps, il y a quelque chose qui cloche. »

Plus thématisé, plus médiatisé

Et c'est précisément cela qui se rapproche plus d'une impression subjective, qui peut avoir plusieurs raisons, car les chiffres du pouvoir judiciaire ne confirment pas du tout cette perception. En 2020, 441 cas de disparitions inquiétantes de mineur·e·s ont été recensés, 182 de majeur·e·s. Au total, il y a donc eu 596 cas, contre 675 un an plus tôt et 622 en 2018. Ces chiffres proviennent d'une réponse parlementaire conjointe de la ministre de la Justice Sam Tanson et du ministre de la Sécurité intérieure Henri Kox, le 23 avril. Jeff Muller le confirme également lors de l'entretien avec le Lëtzebuerger Journal dans les bâtiments de la police judiciaire, près de l'aéroport de Findel. « Sur la base des informations que nous avons recueillies, nous ne pouvons pas dire que le nombre de cas de disparition a augmenté de manière significative », déclare le chef du département « Criminalité contre les personnes » à la police judiciaire. « Elle est beaucoup plus thématisée et médiatisée car la communication a également augmenté. Un rapport de personne disparue n'échappe à personne de nos jours. La plupart des gens qui sont actifs en ligne sont au courant. »

La suite de cet article est réservée aux abonnés.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonnés en-dessous de l'âge de 26 ans

    90,00 €
    /an

Disparu·e: Chaque cas est un cas de trop

2,00 €
/article

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

Suivant

Les « mines » urbaines de déchets électroniques