Codes contre le harcèlement

Par Sarah RaparoliMisch Pautsch Changer en allemand pour l'article original

Après la pause forcée de la scène nocturne, un post déjà viral a refait parler de lui en juin : #AskForAngela, une campagne de sensibilisation venue de l'étranger pour aider les gens à se sortir de situations inconfortables, voire dangereuses. Au Luxembourg, l'idée semble plutôt méconnue, mais bien accueillie.

Sortir et faire la fête à fond : impensable pendant plus d'un an, mais enfin à nouveau possible depuis le 13 juin. Les discothèques du pays ont été autorisées à rouvrir et, dans de nombreux bars et cafés, vous pouvez danser comme au temps jadis, sous le régime du CovidCheck. Un nouveau départ qui, malgré toute l'euphorie, ne doit pas nous faire oublier une chose : une expérience nocturne sûre nécessite une bonne dose de vigilance. Cette mise en garde ne doit pas être rejetée en bloc, mais prise au sérieux. C'est ce que rappelait un post viral pré-Covid-19 qui a fait le tour de la Toile alors que la scène nocturne redémarrait.

La suite de cet article est réservée aux abonnés.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonnés en-dessous de l'âge de 26 ans

    90,00 €
    /an

Codes contre le harcèlement

2,00 €
/article

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

Suivant

Passer à l'offensive