Boeuf séché, hoverboards et hackeur·euse·s

Par Misch Pautsch Changer en allemand pour l'article original

Comment prendre contact avec un groupe de hacker·euse·s? Par email, apparemment. Ils répondent rapidement, ce qui n'est pas vraiment surprenant. Mais on peut aussi visiter le siège officiel de leur asbl à Luxembourg-ville : la « Chaosstuff ». Une conversation avec des bricoleur·euse·s qui défient la définition classique du « hacker ».

Le nom du Chaos Computer Club est généralement mentionné dans les médias lorsque quelque chose va mal. Au Luxembourg, cela a été le cas récemment lors de la fuite de données sur le nouveau site web pour les pétitions en ligne. Mais on pense aussi à l'affaire de la fuite de la Chambre en 2018, et à la fuite sur l'application de campagne électorale de la CDU en Allemagne en mai 2021, qui se sont toutes deux soldées par des actions en justice – aujourd'hui retirées. Dans les deux cas, les Chaos Computer Clubs luxembourgeois et allemand ont chacun vivement critiqué les actions en justice engagées contre les lanceurs d’alerte et ont plaidé pour que les responsables des sites prennent également leurs responsabilités au lieu de s'en prendre aux messagers.

« Ces moments sont probablement ceux pour lesquels la plupart des gens nous connaissent », confirme Dennis Fink du Chaos Computer Club Luxembourg (C3L) : « Et c'est certainement une grande partie de notre travail, peut-être la plus importante, que d'éduquer les gens sur la technologie, la digitalisation, les droits d'auteur et la protection des données. » Cependant, lorsque le nom d'un groupe n'apparaît presque toujours que dans le contexte de mauvaises nouvelles, ce goût amer risque parfois de déteindre sur les personnes concernées. Le fait que le terme « hackeur·euse » soit culturellement lourd n'aide pas. Selon les circonstances, il est associé à quelque chose qui va de l'espièglerie à la criminalité pure et simple.

La suite de cet article est réservée aux abonnés.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonnés en-dessous de l'âge de 26 ans

    90,00 €
    /an

Boeuf séché, hoverboards et hackeur·euse·s

2,00 €
/article

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

To complete the subscription process, please click the link in the email we just sent you. Check your spam or junk folder too, in case of doubt.

Suivant

À petits pas vers un État de droit au Laos