50 ans et plus, motivé·e, cherche un emploi

Par Laura TomassiniLex Kleren Changer en allemand pour l'article original

Perdre son emploi à 50 ans et plus, c'est un peu la fin du monde pour beaucoup de gens. Non seulement la stabilité financière et privée est menacée, mais la recherche d'un nouvel emploi s'avère souvent difficile. Deux personnes concernées ont trouvé chez Aarbechtshëllef une solution transitoire qui, pour beaucoup, se transforme en  terminus  avant la retraite.

« Je ne vais quand même pas le payer pour regarder par la fenêtre ! » C'est une phrase qui est restée gravée dans la mémoire d'Alfred (nom modifié par la rédaction). Une phrase prononcée dans la bouche de son ancien employeur, pour lequel il a travaillé pendant 15 ans. En 2001, ce Français d'origine est arrivé au Luxembourg et y a commencé sa carrière de technicien frigoriste. À un peu plus de 50 ans, Alfred a alors été victime d'un infarctus du myocarde qui a déclenché chez lui ce que l'on appelle une algodystrophie, également appelée syndrome douloureux régional complexe. Depuis, le technicien a des problèmes avec une jambe et a besoin d'une aide à la marche pour faire face à de nombreuses situations de la vie quotidienne.

« Je ne peux plus marcher correctement et grimper sur une échelle s'avère difficile, le travail sur le chantier est donc terminé pour moi », explique Alfred. Aujourd'hui âgé de 57 ans, il a passé plus d'un an en rééducation, puis s'est retrouvé au chômage. « Mon médecin m'avait alors recommandé un poste adapté à mon état de santé, idéalement un travail que je pouvais exercer en position assise. La caisse de maladie m'a dit que je pouvais bénéficier d'un'reclassement interne' au sein de mon entreprise, mais mon employeur avait une autre idée en tête », explique Alfred.

Réticence de la part des employeur·se·s

On s'est mis d'accord sur une « réinsertion professionnelle externe », commente l'homme de 57 ans avec un sarcasme dans la voix – en bref, Alfred s'est retrouvé au chômage. Comme ce technicien qualifié ne pouvait pas prétendre à une pension d'invalidité, qu'il n'était pas officiellement classé comme travailleur handicapé et qu'il ne trouvait pas de nouvel emploi sur le marché du travail ordinaire, également appelé premier marché du travail, cela signifiait pour lui qu'il devait toucher des allocations de chômage. Alfred a passé cinq ans à la maison avant de trouver un emploi au Centre d'insertion et de réinsertion professionnelle (CIRP) de la Fondation Solina. Il travaille désormais en tant que chauffeur ou dans un bureau et souhaite demander une prolongation de son contrat.

« Je suis frigoriste de profession, mais je ne peux plus exercer ce travail, bien que l'entreprise pour laquelle je travaillais avant ma maladie aurait certainement eu un emploi pour moi, car il y avait toujours quelque chose à bricoler. » Il n'y a pas beaucoup de place sur le marché du travail pour des personnes comme lui, c'est la règle générale, estime Alfred. Ahsène Atmani, du service de formation continue et de recherche d'emploi du CIRP, le confirme également : « Les personnes de 50 à 65 ans sont malheureusement souvent victimes de leur propre âge. Les raisons de leur chômage varient : l'entreprise pour laquelle ils travaillaient peut faire faillite, la direction peut changer et privilégier un public plus jeune, ou le cours de la vie peut leur donner un coup dont ils ont du mal à se remettre. Une fois qu'ils ont perdu leur emploi, il leur est généralement difficile d'en trouver un autre, car de nombreux employeurs sont frileux lorsqu'il s'agit d'embaucher des travailleurs âgés. »

Accède à la suite du contenu.

  • Abonnement annuel

    174,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    16,00 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonné·e·s en-dessous de l'âge de 26 ans

    90,00 €
    /an

As-tu déjà un compte ?

Connecte-toi
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

Pour finaliser l'inscription, cliquez sur le lien indiqué dans l'e-mail que nous venons de vous envoyer. Vérifiez également votre dossier de courrier indésirable ou spam, en cas de doute. La mise à jour de votre profil Journal peut prendre quelques minutes.

Une erreur est survenue lors de ton inscription à la newsletter. Tu peux nous contacter à abo@journal.lu.

Suivant

Repas sous haute surveillance