J'ai deux mots à vous rire - Détournements mineurs

Von Claude Frisoni Artikel nur auf Französisch verfügbar

Est-ce que le détournement d’un avion commercial par les moyens militaires d’un pays est vraiment sans précédent? La réponse dans la chronique hebdomadaire de Claude Frisoni.

La célèbre phrase prononcée par Tancredi dans le Guépard : « Si nous voulons que tout reste pareil, il faut que tout change », a connu depuis la parution du roman en 1958, bien des adaptations, variations, et interprétations diverses et variées. Ces jours-ci, on serait tenté de lui faire dire : « C’est parce que tout semble avoir changé, que tout est pareil ». Car en effet, de prime abord, tout semble avoir changé. Dans des temps pas si lointains, les détournements d’avion étaient le fait de terroristes, de bandits, de pirates de l’air aux motivations criminelles ou politiques. En tout cas, il ne s’agissait pas d’actions décidées et commandées par un chef d’état en exercice, avec les moyens militaires officiels de son pays. Eh bien ce mois de mai 2021 n’aura pas eu comme seule particularité d’avoir été le pire mois de mai, le plus moche et le plus gris, depuis l’invention du printemps par Confucius au Vème siècle avant Jésus Christ, il aura également présenté l’originalité d’avoir été le mois de l’attaque du vol Ryanair entre Athènes et Vilnius, par l’aviation bélarusse.

D’abord, doit-on dire l’aviation bélarusse ou biélorusse ? Doit-on parler du Belarus ou de la Biélorussie ? La dénomination officielle de l'ONU en français est République de Bélarus, proposée par le gouvernement biélorusse lui-même. La Commission d'enrichissement de la langue française, la Commission nationale de toponymie, les ministères français des Affaires étrangères et de l'Éducation nationale, l'Académie française, l'Institut national de l'information géographique et forestière (IGN) et la Commission de toponymie du Québec recommandent l'usage du terme français Biélorussie. Ils se mettent à sept bazars à la noix pour décider que le nom du pays choisi par le pays lui-même n’est pas le bon (authentique). Les gens du Belarus sont bien gentils mais ils ne vont pas apprendre aux spécialistes de la francophonie comment s‘appelle le pays des gens du Belarus, qui n’est précisément pas le Belarus mais la Biélorussie.

Nur für unsere Abonnenten.

  • Jahresabo

    168,00 €
    /Jahr
  • Monatsabo

    15,50 €
    /Monat
  • Zukunftsabo für Abonnenten im Alter von unter 25 Jahren

    90,00 €
    /Jahr

J'ai deux mots à vous rire - Détournements mineurs

2,00 €
/Artikel

Du hast bereits ein Konto?

Einloggen
Jetzt den Newsletter abonnieren und nichts mehr verpassen. 

Weiter

Der Finanzplatz zielt auf die Herzen der Luxemburger