Une vie dans les extrêmes

Par Sarah RaparoliLex Kleren Changer en allemand pour l'article original

Un trouble bipolaire, c’est un va-et-vient constant, une vie accompagnée de hauts et de bas. C’est également l’expérience d’Ute Steil. Une femme qui a appris à vivre avec sa maladie et à s’accepter telle qu’elle est.

Ute Steil est née en 1961 et, comme beaucoup d’autres, a vécu beaucoup de choses. Dans le cas de la sexagénaire, cependant, il y a une circonstance supplémentaire importante : Ute est bipolaire. Sa vie est un va-et-vient constant et se caractérise par des extrêmes. « Déjà pendant mon séjour en internat dans les années 70, j’ai remarqué que j’étais vraiment accablée par ma fatigue. » Par la suite, elle a changé plusieurs fois d’emploi jusqu’à ce qu’elle soit temporairement employée par une chaîne de supermarchés à Echternach – elle avait en fait voulu travailler sur le site de Wasserbillig. « J’ai vendu à l’extérieur, en été comme en hiver. C’était un moment merveilleux. » À cette étape de sa carrière, les yeux d’Ute se mettent à briller et, pendant un bref instant, on a l’impression qu’elle veut retourner à cet endroit, à cette période de sa vie. Le poste tant attendu près de la frontière allemande doit finalement être pourvu à un moment donné, et Ute change de branche. Sa joie ne dure cependant pas longtemps, « car en 1982, mon frère décède. C’était mauvais pour moi », Ute s’arrête un instant, « c’était intense ».

La femme qui aime rire

La maladie s’est lentement insinuée dans la vie d’Ute, mais elle-même n’en a pris conscience que bien plus tard. La fatigue constante s’était visiblement aggravée et « tout ce que je regardais n’était soudainement plus clairement visible devant mes yeux ». Comme si tout était en mouvement. J’avais aussi des problèmes de sommeil à ce moment-là. » À un moment donné, elle devait s’installer dans la boucherie, sur le même site que le supermarché. Deux mois d’aide se transforment en dix ans. Pendant ce temps, une grande nervosité s’installe chez Ute : à 17 heures précises, elle panique. Pourquoi ? « Parce que tout devait être rangé et nettoyé à 18h30 et j’en étais responsable toute seule. »

La suite de cet article est réservée aux abonnés.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonnés en-dessous de l'âge de 26 ans

    90,00 €
    /an

Une vie dans les extrêmes

2,00 €
/article

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

To complete the subscription process, please click the link in the email we just sent you. Check your spam or junk folder too, in case of doubt.

Suivant

Anémie aiguë