Une halte avant le retour à la rue

Par Audrey SomnardMisch Pautsch

Médecins du Monde s’est associé au Centre hospitalier Émile Mayrisch (CHEM) pour offrir un temps de repos post-opératoire à des personnes en grande situation de précarité. C’est l’Escale. Une première sous cette forme au Luxembourg.

C’est une maison comme une autre dans une rue du centre-ville d’Esch-sur-Alzette, non loin du CHEM. C’était la demeure d’un ancien médecin de l’établissement qui est louée à l’association par ses héritier·ère·s. Dès l’ouverture de la porte d’entrée, c’est l’effervescence car au rez-de-chaussée se trouvent les bureaux : le téléphone sonne, les réunions de coordination s’enchaînent pour l’équipe médicale et l’assistante sociale. Une ambiance de fourmilière qui contraste avec le calme qui règne dans les étages. L’équipe est composée de quatre infirmier·ère·s du CHEM qui suivent les patient·e·s au quotidien, un médecin de Médecins du Mondes (MDM) en consultation deux fois par semaine, la coordination médicale assurée par le Dr Guillaume Bastin de MDM, un·e assistant·e sociale du CHEM ainsi qu’un·e psychologue qui vient tous les vendredis. À cela s’ajoute un·e vigile présent·e à partir de 17h et jusqu’à 7h du matin pour assurer la sécurité au cours de la nuit.

Les résident·e·s sont tous et toutes là parce qu’ils·elles sortent de l’hôpital et doivent suivre une rééducation, souffrent d’une pathologie chronique, ont besoin de soins qui ne nécessitent pas une prise en charge hospitalière. Ces personnes n’ont bien souvent plus de droits sociaux et sont sans domicile fixe pour la plupart. L’Escale est située dans cette maison cossue, toute en escaliers. À chaque étage, les chambres des résident·e·s sont disposées, chacun·e a son espace personnel. Un bon moyen de trouver calme et intimité pour des personnes qui en manquent cruellement dans la rue. Lors de notre visite en matinée, les espaces communs sont calmes. Le salon est cosy avec des canapés confortables, et les étagères sont remplies de livres, une télévision est également présente, comme le vrai salon d’une maison privée. On aperçoit de la baie vitrée le jardin bien entretenu que certain·e·s résident·e·s aiment à bichonner, alors qu’un homme fume une cigarette en silence, sur la terrasse.

Accédez à la suite du contenu.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonné·e·s en-dessous de l'âge de 26 ans

    90,00 €
    /an

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

Pour finaliser l'inscription, cliquez sur le lien indiqué dans l'e-mail que nous venons de vous envoyer. Vérifiez également votre dossier de courrier indésirable ou spam, en cas de doute. La mise à jour de votre profil Journal peut prendre quelques minutes.

Une erreur est survenue lors de ton inscription à la newsletter. Tu peux nous contacter à abo@journal.lu.

Suivant

J’ai deux mots à vous rire - À bicyclette…