Un Smørrebrød à emporter, s'il-vous-plaît!

Par Laura TomassiniAnouk Flesch Changer en allemand pour l'article original

Avec le ScanShop et son café Nordbo, Kjell Skauland a non seulement apporté un peu de sa culture au Luxembourg, mais a également assouvi la nostalgie pour les produits domestiques de nombreux·euses Scandinaves vivant au Luxembourg. 200 m2 de pur(e)s Danemark, Finlande, Suède, Norvège et Islande.

« Le jeudi est toujours notre meilleur jour, car c'est le jour où nous proposons nos sandwichs danois spéciaux Smørrebrød. Les gens viennent spécialement pour ça ! » Depuis 27 ans, Kjell Skauland représente ses compatriotes scandinaves et leurs produits au Luxembourg. Les tartines de beurre garnies de hareng, de rosbif, de saumon fumé ou de boulettes de viande suédoises Köttbullar, très appréciées, ne sont qu'un des points forts du ScanShop à Neudorf. En 1994, ce Norvégien de naissance a été le premier à importer des produits alimentaires de Scandinavie au Grand-Duché. Aujourd'hui encore, les avis sont partagés sur la question de savoir quels pays font réellement partie de l'Europe du Nord.

« En tout cas, chez nous, vous trouvez de la marchandise du Danemark, de Finlande, de Suède, de Norvège et d'Islande », rapporte le gérant du haut de sa grande expérience. Entre-temps, Scandinavian Company S.A., le vrai nom de son entreprise, détient, outre le ScanShop au Luxembourg, deux autres magasins en Belgique, dont un à Bruxelles. Avant d'étendre ses ventes à d'autres sites, Kjell a en fait travaillé plusieurs années comme banquier et fournissait quelques restaurants et hôtels avec des produits de son pays natal. « Au début, j'importais surtout du saumon norvégien et du chocolat du Danemark, ainsi que quelques sortes de poisson d'Islande », explique le Norvégien.

Le saumon et les banques

À un moment donné, il a remarqué qu'il y avait également un besoin de produits nordiques chez les particulier·ière·s, car les Nordbo, le nom donné aux gens du Nord et repris par Kjell pour son café à Neudorf, étaient et sont toujours nombreux·euses au Luxembourg. « Dans les années 1990, il y avait surtout beaucoup de Danois, puisque le Danemark faisait déjà partie de l'UE à l'époque. De plus, quelques banques suédoises, norvégiennes et finlandaises existaient déjà ici et, grâce à Cargolux, de nombreux Islandais sont venus au Luxembourg. » Avant l'ouverture officielle du ScanShop à son emplacement actuel, Kjell s'est d'abord essayé à la vente de décorations danoises traditionnelles avant Noël dans un plus petit magasin à Sandweiler.

Avec le lancement à Neudorf, l'entreprise s'est lancée encore davantage dans la livraison de ses produits, car c'est surtout le saumon scandinave qui était apprécié par les employé·e·s des banques pendant la saison des fêtes. « Nous fournissions notamment la moitié des banques du pays en saumon. À l'époque, tout cela était encore tout nouveau et nous étions parmi les premiers à le distribuer. Aujourd'hui, on peut acheter du saumon quasiment partout », explique Kjell. Le ScanShop a néanmoins comblé un vide sur le marché luxembourgeois des magasins et, peu à peu, la population locale a également découvert ce magasin un peu caché. « Nous fournissons certaines institutions financières depuis plus de 20 ans et pour beaucoup de Scandinaves, c'est un endroit où trouver des choses de chez eux qui leur manquent et qu'ils ne trouvent nulle part ailleurs. Mais c'est surtout à Noël que le magasin est très fréquenté, car les gens viennent alors spécialement pour nos articles de décoration traditionnels. »

Accède à la suite du contenu.

  • Abonnement annuel

    174,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    16,00 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonné·e·s en-dessous de l'âge de 26 ans

    90,00 €
    /an

As-tu déjà un compte ?

Connecte-toi
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

Pour finaliser l'inscription, cliquez sur le lien indiqué dans l'e-mail que nous venons de vous envoyer. Vérifiez également votre dossier de courrier indésirable ou spam, en cas de doute. La mise à jour de votre profil Journal peut prendre quelques minutes.

Une erreur est survenue lors de ton inscription à la newsletter. Tu peux nous contacter à abo@journal.lu.

Suivant

Klenge Patient*innen hir Kandheet zréckginn