Quand papa élève les enfants

Par Laura TomassiniLex Kleren Changer en allemand pour l'article original

Au cours des dernières générations, la paternité a pris un virage sociétal : d'un papa qui travaille dur, qui se repose le soir et qui lit tout au plus une histoire aux enfants avant le coucher, on est passé à un rôle actif dans la famille, qui prend l'éducation des enfants au moins aussi au sérieux que la maman ─ et même plus dans certains cas.

Loin d'être un phénomène marginal dans la société, ils montrent clairement comment celle-ci a évolué au cours des dernières années : il s’agit des pères qui s'impliquent consciemment et de manière engagée dans l'éducation des enfants, voire qui la prennent entièrement en charge. Au plus tard depuis l'introduction du congé de paternité en janvier 2018, affectueusement baptisé ici « Pappecongé », la partie masculine du duo parental est elle aussi visiblement responsabilisée par écrit et le rôle du père a fortement évolué. Alors que de nombreux papas d'autrefois ne passaient que de brefs moments avec leur progéniture et devaient se contenter d'un droit de visite en cas de divorce, aujourd'hui, les hommes peuvent et veulent aussi élever des enfants, et dans certains cas, même plus volontiers que prévu.

Si le congé parental introduit en 1998 s'appliquait déjà aux mères et aux pères, les papas luxembourgeois ne sont devenus vraiment actifs dans l'éducation des enfants que depuis la réforme de la loi il y a environ six ans. En 2021, 6.186 hommes se sont occupés de leur progéniture selon les statistiques de la Caisse pour l’avenir des enfants (Zukunftskeess) ─ soit, selon le rapport annuel de cette même de 2020, exactement 384 de plus que l'année précédente, les demandeurs masculins dépassant déjà de 14% leurs homologues féminins (5.802 contre 5.084). Parmi eux, Luca Menichetti, un infirmier devenu père d’une petite fille à 26 ans. Aujourd'hui, cinq ans plus tard, Luca sait ce que signifie vraiment être père : « Dans la génération de nos pères, le seul rôle de l'homme, lorsque la femme perdait les eaux, était de mettre sa valise ─ qu'elle avait généralement préparée elle-même ─ dans la voiture, de la conduire en toute sécurité à l'hôpital à travers le trafic, puis d'attendre que l'enfant soit né. J'ai assisté à tous les moments importants de la vie de ma fille, et ça, c'est la seule chose que j’aie jamais menée à bout et que je ne rendrais pour rien au monde. »

Plus de possibilités pour les papas

Luca se lèverait 100.000 fois la nuit pour répondre à l'appel de sa petite fille. Mais s'il peut le faire, c'est grâce à l'époque actuelle. « J'ai lu une fois, dans le contexte des séparations, l'expression Disney-Daddies, c'est-à-dire des pères qui apparaissent toujours de manière magique et généralement uniquement le week-end, qui font des choses cool avec leurs enfants pendant quelques heures et qui disparaissent ensuite, comme une fée », explique Luca. Autrefois, le temps des pères avec leurs enfants était limité et les hommes devaient se battre pour leurs droits fondamentaux dans l'éducation des enfants. Mais les nouveautés législatives de ces dernières années ont changé la donne.

Luca a également pu en profiter et a pris un congé parental de six mois lorsque sa fille a eu six mois. « Nous, les pères, sommes désormais plus impliqués dans l'éducation de nos enfants, car l'État nous le permet », explique-t-il. Mais si les jalons officiels sont en grande partie posés pour les papas du pays, il existe encore des situations dans la vie quotidienne où être papa devient un défi. « Lorsque ma fille était encore bébé, les installations qui existent dans de nombreux lieux publics ne m'ont souvent pas permis d'assumer correctement mon rôle de père ».

Accédez à la suite du contenu.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonné·e·s en-dessous de l'âge de 26 ans

    90,00 €
    /an

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

Pour finaliser l'inscription, cliquez sur le lien indiqué dans l'e-mail que nous venons de vous envoyer. Vérifiez également votre dossier de courrier indésirable ou spam, en cas de doute. La mise à jour de votre profil Journal peut prendre quelques minutes.

Une erreur est survenue lors de ton inscription à la newsletter. Tu peux nous contacter à abo@journal.lu.

Suivant

New Work #3 - Staatlech Hëllefe fir d'Weiderbildung