Les coiffeur·euse·s face à de nouvelles habitudes

Par Bill WirtzMisch Pautsch Changer en anglais pour l'article original

Contrairement aux bars et aux restaurants, les salons de coiffure ont été autorisés à rester ouverts malgré les nouvelles restrictions sanitaires. Cependant, les affaires n'ont pas seulement été mauvaises parce que les client·e·s ont peur et parce que les coupes de cheveux sont associées à des événements et des moments importants de nos vies. Lorsque notre vie sociale diminue, notre besoin de paraître important·e aux yeux du monde diminue également. C'est ce qui inquiète vraiment les gérant·e·s de salons.

L'anticipation à l'égard d'une coupe de cheveux est importante. La plupart d'entre nous ont une image en tête de ce qu'ils aimeraient voir. Le défi du ou de la coiffeur·euse, barbier·ère ou styliste est de correspondre à cette vision et d'en faire une réalité. C'est pourquoi, en particulier dans les petites communes, les client·e·s choisissent d'être fidèles à leur coiffeur·euse, explique Luc Olinger, vice-président de la Hair Beauty Tattoo Guild.

Créée en 2018, son organisation a réorganisé l'ancienne fédération des coiffeurs et a inclus les tatoueurs·euses pour élargir le champ d'action et l'influence de ses quelque 300 membres. Le Covid-19 et les restrictions sanitaires associées ont durement touché ces dirigeant·e·s d'entreprise, explique M. Olinger : « D'un côté, les clients ont peur d'être infectés, bien sûr. Mais il y a aussi le télétravail. Comme moins de personnes se rendent au bureau, moins de gens pensent qu'il est nécessaire pour eux de se faire couper les cheveux. » Cela souligne le facteur social associé à notre apparence : nous faisons appel à des services esthétiques pour nous-mêmes tant que nous fonctionnons comme des êtres sociaux, cherchant à plaire. Dans le monde professionnel, se faire couper les cheveux pour se rendre à un entretien d'embauche est une façon bien connue de se préparer, mais d'une certaine manière, se battre au quotidien pour une promotion exige d'avoir une apparence soignée.

La suite de cet article est réservée aux abonnés.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonnés en-dessous de l'âge de 26 ans

    90,00 €
    /an

Les coiffeurs face à de nouvelles habitudes

2,00 €
/article

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

Suivant

Des yeux carrés et un dos rond