« Le nouveau JDL a les pieds sur terre »

Par Pascal SteinwachsLex Kleren Changer en allemand pour l'article original

Santé mentale, droit de vote à partir de 16 ans, vote électronique, droit au télétravail, justice climatique, politique du logement, produits menstruels gratuits dans les établissements publics... Les «Jonk Demokraten» ont toute une série de priorités politiques.

Michael Agostini, qui travaille comme ingénieur et vit à Esch/Alzette depuis plusieurs années, est à la tête du JDL depuis mai 2019. Il est fier des groupes de travail des « Jonk Demokraten », qui auraient beaucoup à présenter en termes de contenu.

L'entretien a eu lieu mercredi de la semaine dernière.

Lëtzebuerger Journal : Le comité exécutif des Jeunes Démocrates est composé presque exclusivement d'hommes, et au cours de sa longue histoire de plus de 70 ans, le JDL n'a eu que deux fois une femme en tant que présidente, dont l'une a seulement pris la tête du bureau à titre exécutif. Les « Jonk Demokraten », qui aujourd'hui, dans un langage sensible au genre, devraient en fait s'appeler « Jonk Demokrat*innen », constituent-ils un club d'hommes ?

Michael Agostini : Si l'on regarde la photo correspondante sur notre site web, on pourrait effectivement avoir cette impression. Mais en réalité, nous avons plus de 40% de femmes au sein du Comité exécutif.

Il y a 15 personnes sur la photo, dont quatre femmes …

Au comité central, qui est un comité élu au niveau national, trois membres sur neuf sont des femmes et dans les districts, nous atteignons même la parité avec quatre femmes et quatre hommes.

Toutefois, les postes de direction actuels, tels que le président, le vice-président et le secrétaire général, sont tous occupés par des hommes.

Il est bien vrai que la direction du JDL ne dispose pas d'une représentation égale, mais nous sommes en train de nous développer. Par exemple, nous avons un groupe de travail sur l'égalité des chances, qui est présidé par une femme et dans lequel les questions pertinentes sont traitées. Ma tâche en tant que président est de mettre en place le cadre nécessaire pour augmenter le nombre de femmes au sein du JDL, mais cela doit toujours se faire dans le respect du principe de base selon lequel la compétence d'une personne est déterminante. Les femmes-quotas ne nous font pas avancer dans ce cas.

La suite de cet article est réservée aux abonnés.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonnés en-dessous de l'âge de 25 ans

    90,00 €
    /an

Le nouveau JDL a les pieds sur terre

2,00 €
/article

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

Suivant

J'ai deux mots à vous rire - Coups pas très francs