Le dernier chapelier

Par Laura TomassiniLex Kleren Changer en allemand pour l'article original

Fedora, trilby et gavroche : ils font tous partie du pain quotidien des modistes et transforment une tenue ordinaire en un look de grande classe. Cependant, l'âge d'or des grands chapeaux semble révolu et les chapeliers d'Europe craignent pour leur existence. Au Luxembourg, un peu d'amour du chapeau a survécu.

« Il faut être un peu fou, sinon on ne devient pas chapelier. » Avec beaucoup d'esprit et d'humour, Marco Laux nous parle des chapeaux de paille et les accessoires de cheveux nommés fascinators, les chapeaux de cow-boy en fourrure de castor et en feutre moulé et un métier qui n'existe plus guère. Depuis 2000, le maître modiste formé dirige la chapellerie avec un atelier dans la « Louvignysgaass ». Si Modes Nita comptait autrefois plusieurs boutiques au Luxembourg, l'entreprise familiale est aujourd'hui la dernière du genre, la chapellerie n'étant depuis longtemps plus l'un des métiers les plus recherchés.

« Lorsque ma femme Sandy a passé l'examen de maître artisan il y a sept ans, elle était l'une des cinq dernières dans toute l'Allemagne à le passer », révèle l'homme de 53 ans. Lui aussi était représentait une perle rare dans sa classe à l'époque, car lorsque Marco a décidé de quitter son apprentissage de menuisier pour devenir modiste dans les années 80, cela a d'abord suscité un grand étonnement. « À cette époque, le métier de modiste était encore réservé aux femmes, mais cela ne me dérangeait pas du tout, car je gambadais déjà entre les boîtes à chapeaux quand j'étais petit », explique le modiste. En 1968, Irène Schneider-Kieffer, la tante de Marco, avait fondé Modes Nita à Esch, les chapeaux étant donc une longue tradition familiale.

Les icônes du chapeau nommées Hepburn, Bogart et Chaplin

Mais le métier de modiste, ou chapelier, est passé au second plan ces dernières années, car l'âge d'or du port du chapeau appartient au passé au Luxembourg. « Dans les années 50, tous les hommes portaient un chapeau, mais avec le président Kennedy, cette époque a pris fin. 'Kennedy killed the hat', c'est ce que nous disons dans le secteur, même si, à l'inverse, ce n'est pas un chapelier qui l'a tué lui », dit Marco avec un clin d'œil. En tant que premier chef d'État américain à ne pas porter de couvre-chef, Kennedy a déclenché un changement dans le monde de la mode. Le célèbre chapeau pillbox de sa femme Jackie, en revanche, est encore prisé par les amateur·trice·s de mode aujourd'hui.

« Il y a quelques icônes du style dans l'industrie du chapeau, que ce soit Audrey Hepburn avec ses cloches, Humphrey Bogart, qui a donné son nom à une forme de chapeau, Charlie Chaplin, qui a rendu populaire le chapeau melon, ou Maurice Chevalier avec son canotier. Après cela, il y en a eu quelques autres comme Michael Jackson ou Udo Lindenberg, mais toutes des stars de l'ancienne génération », explique le maître modiste. Dans l'atelier de chapeaux de la ville, cependant, l'image quelque peu poussiéreuse des couvre-chefs ne n'altère en rien le travail, car ici, les chapeaux sont encore fabriqués avec passion.

La suite de cet article est réservée aux abonnés.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonnés en-dessous de l'âge de 26 ans

    90,00 €
    /an

Le dernier chapelier

2,00 €
/article

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

To complete the subscription process, please click the link in the email we just sent you. Check your spam or junk folder too, in case of doubt.

Suivant

«Un potentiel énorme» pour l’agriculture solidaire