Le conflit au Haut-Karabakh n'est pas terminé

Par Bill WirtzLex Kleren Changer en anglais pour l'article original

Malgré des manifestations au Luxembourg, le conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan ne fait plus partie de l’actualité européenne depuis des mois. Et pourtant, cela ne décourage pas les défenseurs de sa cause.

La dernière guerre totale entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan a officiellement pris fin le 10 novembre 2020, ce qui signifie que cela fait presqu’un an que les derniers coups de feu ont été tirés. Cependant, la fin de la guerre a généré très peu de réconciliation. Les deux pays se sont accusés mutuellement d’avoir commis des crimes de guerre et se sont livrés à une guerre diplomatique qui a, comme précédemment, entraîné d’autres acteurs dans l’équation. Parfois, les paroles des plus hauts diplomates semblent prometteuses, notamment lorsque le vice-ministre des Affaires étrangères de l’Azerbaïdjan, Elnur Mammadov, a déclaré à Al Jazeera ce mois-ci que le conflit devait être mis de côté, car les deux nations ne peuvent tout simplement pas rester indéfiniment en état de guerre. À peine quelques semaines après, le même M. Mammadov déclarait à la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye que l’Arménie était impliquée dans « un nettoyage ethnique qui dure depuis des décennies ».

L’affaire de la CPI est emblématique de la nature complexe du conflit. L’Arménie a poursuivi l’Azerbaïdjan pour violation de la Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale. L’Azerbaïdjan, à son tour, a intenté un procès contre l’Arménie pour avoir violé exactement le même traité.

La suite de cet article est réservée aux abonnés.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonnés en-dessous de l'âge de 26 ans

    90,00 €
    /an

Le conflit au Haut-Karabakh n'est pas terminé

2,00 €
/article

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

Votre inscription a la newsletter à bien été effectuée

Suivant

Des ressources et plus des déchets