A la pointe de l’art africain

Par Audrey SomnardLex Kleren

Du monde de la finance à une galerie d’art, Ruth Cohen veut rendre l’art accessible à tout le monde et se positionne comme la représentante des artistes africain·e·s de la Grande Région.

C’est au Casino 2000 de Mondorf que Ruth Cohen nous reçoit, elle qui a posé les valises de son exposition permanente depuis la réouverture de l’établissement. Un choix assumé pour cette passionnée d’art contemporain et de pop art, arrivée dans le métier sur le tard. Galeriste, un métier auquel Ruth n’aurait même pas pensé en grandissant : « Je suis du Cameroun, et là-bas nous n’avions pas de musées ! Les artistes en Afrique était traditionnellement en marge de la société. Finalement, l’art et les musées, c’était des trucs de blancs ! Aujourd’hui cela a beaucoup changé », raconte-t-elle.

C’est son mari qui la traine presque à Paris pour visiter une exposition au musée du Quai Branly, puis au musée Pompidou. Ruth voulait d’abord faire du shopping, mais elle se trouve finalement fascinée : « C’était une révélation ! J’ai été particulièrement marquée par Kandinsky. » Elle se découvre alors une boulimie pour l’art, elle veut rattraper le temps perdu et lit tout ce qu’elle peut, s’intéresse aux galeries lors de voyage, elle veut tout connaitre. C’est comme ça qu’elle redécouvre notamment New-York et en particulier le quartier de Soho où elle écume les galeries : « J’avais envie de tout acheter et de ramener tout ça au Luxembourg. C’était trop compliqué donc j’en suis restée là mais j’ai gardé l’idée dans un coin de ma tête. »

La suite de cet article est réservée aux abonnés.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonnés en-dessous de l'âge de 25 ans

    90,00 €
    /an

A la pointe de l’art africain

2,00 €
/article

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

Suivant

Ce qui reste