La formule luxembourgeoise pour une scène live dynamique

Par Stephen EvansLex Kleren Changer en anglais pour l'article original

Grâce à un mélange unique de salles de concert de musique pop, la scène de Luxembourg-Ville est plus dynamique que ce que l'on pourrait attendre d'une ville de cette taille. Bien qu'il soit actuellement sain, ce mélange de lieux financés par des fonds publics et privés doit être maintenu à niveau à mesure que les goûts évoluent. Et puis il y a le défi du Covid, qui continue de tester la capacité d'adaptation du secteur.

Il est difficile de s'enrichir en gérant un lieu de musique et en promouvant des spectacles, et au Luxembourg, personne n'essaie vraiment. « Nous n'avons pas vraiment de stratégie commerciale précise en ce qui concerne les concerts. Si l'on additionne les coûts des techniciens, du matériel, de l'hôtel, ainsi que le cachet du groupe, avec un très bon concert, bien suivi, on couvre la moitié des coûts », explique Luka Heindrichs, associé fondateur de De Gudde Wëllen.

Il explique que la salle de 90 places gagnait de l'argent lors de ses soirées du week-end, et que les recettes servaient à subventionner les spectacles d'artistes relativement inconnus et prometteurs, comme cela était prévu à l'origine de la création de De Gudde Wëllen. « Notre mission est d'organiser des spectacles de jeunes talents, et nous avons pour règle de ne réserver qu'une seule fois chaque spectacle », précise Marc Hauser, un organisateur de concerts pour les Rotondes, qui peuvent accueillir 280 personnes.

Partenariat public-privé

Sans chercher à faire fortune, les propriétaires de la salle privée Den Atelier (1.200 places) et de la société A-Promotions (qui s'occupe des réservations et de l'organisation des concerts) cherchent à gagner correctement leur vie. Si certains de leurs concerts rapportent de l'argent, ils sont souvent déficitaires, parfois même sans la moitié des billets vendus.

Accédez à la suite du contenu.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonné·e·s en-dessous de l'âge de 26 ans

    90,00 €
    /an

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

Pour finaliser l'inscription, cliquez sur le lien indiqué dans l'e-mail que nous venons de vous envoyer. Vérifiez également votre dossier de courrier indésirable ou spam, en cas de doute. La mise à jour de votre profil Journal peut prendre quelques minutes.

Une erreur est survenue lors de ton inscription à la newsletter. Tu peux nous contacter à abo@journal.lu.

Suivant

L'héritage des anciennes mines