Jamais deux sans trois

Par Laura TomassiniMisch Pautsch Changer en allemand pour l'article original

« Triplets on Tour » - l'autocollant sur la voiture de Jill Jungels révèle déjà ce qui nous attend en entrant dans la maison. La mère de trois enfants et le médecin spécialiste témoignent tous deux que les enfants multiples ne sont pas seulement exigeants en matière d'éducation, mais qu'ils représentent déjà un défi pendant la grossesse.

Il y a huit ans, Sami, Mia et Mick sont nés par césarienne et dans cet ordre. Les parents n'ont toutefois eu droit qu'à un bref aperçu de leurs triplés nouvellement nés, car à 31 semaines de grossesse et avec seulement 950, respectivement 1.600 grammes, les trois prématurés étaient trop petits et faibles pour passer leurs premiers moments dans les bras de maman ou papa. « Je rigole toujours du fait que le fils du parrain de mes enfants pesait autant à la naissance que mes trois enfants réunis », raconte Jill Jungels, la maman des trois.

Ce dont cette femme de 42 ans parvient à rire aujourd'hui était loin d'être une partie de plaisir à l'époque, car la mère et ses triplés ont passé en tout trois mois à l'hôpital après la naissance. « Le plus petit d'entre eux, Sami, n'avait pas eu assez de place dans mon ventre et a été immédiatement emmené en néonatologie. Il a ensuite attrapé tout ce que l'on peut imaginer : Jaunisse, infections, hernie inguinale, hernie ombilicale. « Moi-même, j'étais très faible et je devais recevoir du sang », se souvient Jill. Ses deux autres enfants, Mick et Mia, ont eux aussi dû être placés dans l'unité de soins intensifs néonataux pour nouveau-nés, mais eux ont pu sortir de leur couveuse et rejoindre un lit normal après un peu plus d'une semaine.

Un désir d'enfant longtemps inassouvi

Elle-même se déplaçait en fauteuil roulant les premiers jours et ne pouvait pas voir ses enfants seule, ce qui a provoqué chez elle les prémices d'une dépression postnatale. Mais le temps passé en néonatologie a également été riche en enseignements pour la nouvelle maman, car les conseils et astuces des infirmier·ère·s ont valu de l'or : « On m'a conseillé de toujours réveiller les trois à la même heure pour les allaiter, afin que je puisse dormir davantage. On m'a aussi appris comment placer le coussin d'allaitement pour que trois bébés puissent s'y tenir. »

Jill et ses petits ont également dû rester un mois entier dans la chambre mère-enfant – la durée normale étant d'une semaine – car les triplés étaient encore sous oxygène. Avoir trois enfants a été un véritable parcours du combattant pour la famille avant même leur naissance, car il a fallu neuf ans pour que Jill tombe enfin enceinte à 33 ans. « Il y a eu beaucoup de hauts et de bas pendant cette période. Toutes les hormones que l'on doit prendre avant la fécondation in vitro sont une charge énorme, aussi bien physique que mentale », explique Jill. Après une première tentative ratée de fécondation in vitro dans un laboratoire au Luxembourg, elle a été envoyée dans une clinique spécialisée à Trèves, où il a fallu deux tentatives avant que la grossesse n'aboutisse.

Accédez à la suite du contenu.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonné·e·s en-dessous de l'âge de 26 ans

    90,00 €
    /an

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

Pour finaliser l'inscription, cliquez sur le lien indiqué dans l'e-mail que nous venons de vous envoyer. Vérifiez également votre dossier de courrier indésirable ou spam, en cas de doute. La mise à jour de votre profil Journal peut prendre quelques minutes.

Une erreur est survenue lors de ton inscription à la newsletter. Tu peux nous contacter à abo@journal.lu.

Suivant

„Den Drock op d‘Elteren ass héich“