J'ai deux mots à vous rire - La machine infernale

Par Claude Frisoni

Attention, cette machine est extraordinaire, avec un x dans extra. Songez qu’elle dispose d’une puissance de calcul de 10 pétaflops. Et ça, c’est méga top !

Qui est donc Meluxina ? On pourrait naïvement croire qu’il s’agit de la version hard du conte. Et imaginer que le pauvre Sigefroi trahit sa promesse de ne pas essayer de voir la jolie Melusine le samedi par pure jalousie, inquiet de la savoir seule dans la salle de bains avec le plombier. Un scénario complètement invraisemblable, car comme le dit Woody Allen : « Non seulement Dieu n’existe pas, mais essayez de trouver un plombier le week-end ». En réalité, Meluxina est le nom choisi par les autorités pour nommer le super ordinateur inauguré lundi au Luxembourg. Pourquoi Meluxina et pas simplement Melusina ? Pas pour éviter qu’on confonde le super calculateur avec un débit de boissons de Clausen mais parce que le X symbolise l’idée du carrefour, donc de la connexion. D’ailleurs, comme par hasard, il y a aussi un X dans le mot connexion. Et puis, depuis quelques années, le X est devenu une lettre très utilisée dans les noms inventés pour des tas de choses très différentes. Ainsi, une grande banque de la place qui ne s’était jamais fait de bile pour son nom, a subitement décidé de s’appeler DeXia, ce qui ne lui a pas vraiment porté chance ; une compagnie d’assurances s’est choisie comme nom un court palindrome, avec deux A et un X et un pays a promu premier ministre un monsieur avec un prénom commençant pas X. Et ça, ça n’est pas banal !

La suite de cet article est réservée aux abonnés.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonnés en-dessous de l'âge de 25 ans

    90,00 €
    /an

J'ai deux mots à vous rire - La machine infernale

2,00 €
/article

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.
En quelle langue souhaitez-vous recevoir la newsletter ? *

En vous inscrivant à la newsletter du Lëtzebuerger Journal, vous autorisez le traitement de vos données personnelles : votre email et votre préférence de langue pour recevoir régulièrement une sélection des derniers articles publiés. Plus d’information dans nos mentions légales.

Suivant

Un combat sororicide inutile pour les féministes