Deux heures de normalité

Par Sarah RaparoliMarc Lazzarini Changer en allemand pour l'article original

Des femmes et leurs enfants ont réussi à fuir leur patrie ukrainienne après avoir vécu des expériences traumatisantes. Une crèche luxembourgeoise souhaite redonner un peu de normalité à ces personnes et organise des rencontres informelles sous le nom de Ukrainian Coffee Morning. Le Lëtzebuerger Journal a assisté à l'une de ces rencontres.

C'est un matin gris d'avril lorsque nous arrivons devant la Crèche Tournesol Montessori au Findel. La porte s'ouvre et une femme nous conduit dans la cuisine de la crèche. Elle est en train de terminer les dernières bricoles et nous montre le comptoir se situant devant nous : divers gâteaux et pâtisseries, des bonbons colorés et de l'eau pétillante délicieuse – des choses qui font battre le cœur des enfants. Anne fait partie de l'équipe de la garderie Montessori Sunflower. Une équipe qui, aujourd'hui encore, fera tout son possible pour rendre les deux heures à venir aussi agréables que possible pour les femmes et les enfants qui arrivent dans quelques instants. Il reste encore dix minutes et les derniers préparatifs sont en cours dans toutes les pièces et tous les coins du bâtiment. L'atmosphère joyeuse qui se dégage de toute l'équipe nous fait oublier le temps triste à l’extérieur lors de notre visite.

Nous sommes conduits dans une grande pièce : Elle est lumineuse et attire l'attention par ses nombreuses nuances de couleurs. Des jouets traînent partout. C'est un espace associé à l'amusement et à la joie, un espace qui est censé susciter l'enthousiasme. C'est exactement ce que veulent les responsables de la crèche. Car les femmes et les enfants qui arrivent ici ce mercredi matin sont passés par le pire. Ils ont fui leur pays, ont dû laisser derrière eux non seulement tous leurs biens, mais aussi ceux·celles qu'ils aiment – partenaires, pères, frères et sœurs, membres de la famille. Depuis le 24 février, la vie de ces femmes et de ces enfants est dominée par un nouveau quotidien, un quotidien loin du pays qui demeure leur patrie, mais dans lequel ils n'ont pas pu rester.

Accède à la suite du contenu.

  • Abonnement annuel

    174,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    16,00 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonné·e·s en-dessous de l'âge de 26 ans

    90,00 €
    /an

As-tu déjà un compte ?

Connecte-toi
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

Pour finaliser l'inscription, cliquez sur le lien indiqué dans l'e-mail que nous venons de vous envoyer. Vérifiez également votre dossier de courrier indésirable ou spam, en cas de doute. La mise à jour de votre profil Journal peut prendre quelques minutes.

Une erreur est survenue lors de ton inscription à la newsletter. Tu peux nous contacter à abo@journal.lu.

Suivant

Hello Esports - Where Esports meet business