Contraint·e de prendre une décision

Par Sarah RaparoliMisch Pautsch Changer en allemand pour l'article original

Décider de débrancher les machines qui maintiennent en vie son·sa partenaire, son parent ou son enfant est l'une des décisions les plus difficiles qu'un être humain ait à prendre. Kathy y a été contrainte il y a presque trois ans. Le Lëtzebuerger Journal s'est entretenu avec elle, ainsi qu'avec une accompagnatrice de deuil.

Elle est nerveuse. C'est la première fois qu'elle la voit parler aussi ouvertement de la mort de sa mère et des conséquences qui en découlent, raconte Nina avant notre interview. Nina est une bonne amie de Kathy. Cette dernière a demandé, avant l'entretien prévu, si Nina pouvait l'accompagner. Comme petit soutien. Après un accueil chaleureux, nous nous asseyons sur un banc à proximité immédiate de la Moselle. Le soleil brille et le sol est parsemé de feuilles rouges et brunes. L'arrivée de l'automne est bien là. « Par où commencer … », se demande Kathy. La jeune femme de 33 ans réfléchit un instant. Ses mains sont jointes l'une à l'autre. Elle regarde le ciel. « Ma mère a été opérée de la hanche … », commence-t-elle. Lorsqu'elle parvient à prononcer cette première phrase, la glace semble brisée.

En raison d’une tension artérielle élevée, sa mère a dû passer la nuit à l'hôpital pour un contrôle. « Le lendemain matin, sa meilleure amie m'a appelée. Ma mère ne se sentait pas bien », raconte Kathy. « Sans réfléchir trop loin, je me suis néanmoins rendu à l'hôpital. » À ce moment-là, Kathy ne savait pas encore que sa mère était déjà dans le coma. « Je ne savais pas non plus qu'un anévrisme (dilatation d'un vaisseau sanguin, ndlr) avait éclaté pendant la nuit et que ses chances de survie étaient nulles. »

Accablée

Une fois à l'hôpital, elle a dû attendre. « Ma famille, avec laquelle je n'avais plus de contact depuis 15 ans, était également présente. C'était beaucoup d'un coup – la famille, les soins intensifs, ma mère. Malgré tout, on espère toujours que la situation n'est pas aussi grave que ce que l'on ressent », explique Kathy avec le recul. Le personnel l'a finalement laissée voir sa mère. « … et puis j'ai été ramenée à la réalité ». Elle a du mal à décrire ce qu'elle a vu là-bas. « Des tuyaux partout. Des bips incessants. La tête de ma mère, totalement déformée, parce que les médecins ne pouvaient plus relâcher la pression. » Ce chaos d’informations l'a submergée.

Le médecin lui a alors expliqué qu'après avoir découvert la rupture d'anévrisme, il avait décidé de ne pas l'opérer. « Ma mère serait devenue une personne dépendante à 100%. Ce n'est pas ce que je voulais et je sais très bien que ma mère ne l'aurait pas voulu non plus. Elle était une personne si pleine de vie, je suis donc heureuse que le médecin ait décidé de ne pas l'opérer. » Le médecin a également informé Kathy que sa mère allait être dans le coma les prochains jours et que ses chances d'amélioration étaient « faibles », nous raconte-t-elle. « Mais ce mot 'faible', je ne l'ai pas entendu. Je ne voulais pas y croire. Je me disais juste : 'N'importe quoi, elle va se réveiller'. Nous étions encore dans notre café habituel à Clausen le mardi précédent. 'Ce n'est pas possible', me suis-je dit. »

Kathy est restée assise au chevet de sa mère jusque tard dans la soirée, elle lui a lu un livre, a fait jouer de la musique d'Elvis Presley. « C'est ce que l'on fait parce que l'on pense que c'est la seule chose à faire dans une telle situation. Que cela ferait revenir ma mère. » A un moment donné, le personnel lui a conseillé de rentrer chez elle, nous confie-t-elle. Après avoir longuement hésité, Kathy a accepté.

Accédez à la suite du contenu.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonné·e·s en-dessous de l'âge de 26 ans

    90,00 €
    /an

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

Pour finaliser l'inscription, cliquez sur le lien indiqué dans l'e-mail que nous venons de vous envoyer. Vérifiez également votre dossier de courrier indésirable ou spam, en cas de doute. La mise à jour de votre profil Journal peut prendre quelques minutes.

Une erreur est survenue lors de ton inscription à la newsletter. Tu peux nous contacter à abo@journal.lu.

Suivant

Le chantier open data