Au-delà des catégories de genre

Par Sarah RaparoliLex Kleren Changer en allemand pour l'article original

Les stéréotypes de genre nous accompagnent dès le plus jeune âge. Il est donc grand temps de changer. Miriam-Linnea Hale, doctorante, et le rappeur Maz parlent de masculinité toxique et de catégorisations superflues – et de la façon dont nous pouvons faire mieux.

Le bleu pour les garçons, le rose pour les filles. Ces dernières enfilent des jupes et des robes, et ceux qui s'identifient comme des hommes se privent naturellement de maquillage et de sacs à main. Notre société fonctionne selon ce schéma de pensée. Si l'on y réfléchit, on comprend vite à quel point ces idées sont arbitraires. À un moment donné, quelqu'un a décidé qu'il était également typiquement masculin que les personnes considérées comme masculines portent les cheveux courts et préfèrent les voitures aux poupées et les personnes considérées comme féminines, selon cette logique, sont le sexe faible, ont des cheveux longs et sont celles qui s'occupent du ménage.

Ce sont des constructions sociales qui ont été initialisées par une répétition constante. Imaginons qu'il ait été décidé que les garçons portent des jupes et que les filles aient les cheveux courts. Les comportements, les apparences et les identités qui vont à l'encontre de cette apparente normalité sont alors remis en question et perçus comme étranges. Pourtant, notre société fonctionne encore comme ça dans une certaine mesure.

 « C'est de la pure connerie », répond Maz en secouant la tête lorsqu'on lui demande ce qu'il pense de ces stéréotypes de genre. Le jeune artiste n'est pas étranger à la scène rap luxembourgeoise. Il est dans le coup depuis quelques années maintenant, et avec succès. Récemment, le jeune homme de 22 ans a sorti un nouveau single. Rien de très inhabituel pour un musicien, mais la chanson Eyeliner est différente : Maz porte un pullover rose, a les yeux maquillés et les ongles colorés. Il rappe sur un monde qui lui disait que ses pensées étaient « problématiques, bizarres et mauvaises ». Et il conclut : « No matter if you like it, cos for the first time I feel pretty ».

La suite de cet article est réservée aux abonnés.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonnés en-dessous de l'âge de 26 ans

    90,00 €
    /an

Au-delà des catégories de genre

2,00 €
/article

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

Suivant

La reine du shopping