Aide recherchée

Par Natalia PiknaLex Kleren Changer en anglais pour l'article original

En octobre 2020, la Société de psychiatrie du Luxembourg a publié une déclaration alarmante. La pénurie actuelle de psychiatres ne ferait que s'aggraver avec les départs à la retraite et le peu de candidats. Existe-t-il une société solide sans psychiatrie robuste? Une plongée dans la crise actuelle et son impact.

À la tête de la Société luxembourgeoise de psychiatrie, pédopsychiatrie (branche de la psychiatrie qui traite les enfants et les adolescents ndlr) et psychothérapie (SLPPP) se trouve le psychiatre Paul Hédo, qui travaille au Centre hospitalier de Luxembourg (CHL). Paul Hédo est un individu optimiste ‒ « Si je ne l'étais pas, je ne serais pas là ». ‒ mais son optimisme vacille parfois face à l'actualité.

Il est reconnaissant à la ministre de la santé, Paulette Lenert, d'être très coopérative en ce qui concerne les questions de santé mentale. Mais pour ce dernier il est clair qu'il est urgent d'agir maintenant. Selon le rapport LAIR (État des lieux des professions médicales et des professions de santé au Luxembourg) publié en 2019, 81% des psychiatres d'adultes et 63% des pédopsychiatres prendront leur retraite entre 2019 et 2034. En 2020, le communiqué de presse relevait ce fait troublant : « Certains collègues sont contraints de fournir jusqu'à 10 gardes de 24 heures non rémunérées par mois, en plus de leur travail habituel. » En revanche, « sur une année, un tiers de la population est touché par une maladie mentale », selon le ministère de la Santé.

Deux ans après la déclaration, nous nous sommes entretenus avec le médecin Paul Hédo pour évoquer la situation actuelle. La pénurie n'a pas disparu, dans les services hospitaliers de psychiatrie, il y a toujours des postes non pourvus et un manque de lits. Le nombre de lits pour 100.000 habitants n'a cessé de diminuer depuis 2004 où il était de 109, pour descendre à 78 lits en 2016 et seulement 74 en 2018 selon Eurostat. Pour ne rien arranger, que l'on regarde le nombre de psychiatres ou de lits par rapport à la population, le Luxembourg est un cas spécifique où les statistiques représentent rarement la réalité avec exactitude. « Le nombre de lits était calculé sur la population du pays il y a trente ans, et même pas sur le nombre d'affiliés », ajoute Dr Hédo. En effet, de nombreux travailleur∙euse∙s transfrontaliers sont affiliés à la CNS et utilisent à juste titre les services médicaux luxembourgeois, mais cela ne se reflète pas dans l'offre. Le problème du personnel est multiple.

Accédez à la suite du contenu.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonné·e·s en-dessous de l'âge de 26 ans

    90,00 €
    /an

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

Pour finaliser l'inscription, cliquez sur le lien indiqué dans l'e-mail que nous venons de vous envoyer. Vérifiez également votre dossier de courrier indésirable ou spam, en cas de doute. La mise à jour de votre profil Journal peut prendre quelques minutes.

Une erreur est survenue lors de ton inscription à la newsletter. Tu peux nous contacter à abo@journal.lu.

Suivant

Generatioun A-Z – Journalismus