40 ans de sida

Par Jeff Mannes Changer en allemand pour l'article original

Le 5 juin 1981, les premières descriptions médicales de maladies liées au sida furent publiées aux États-Unis. Quarante ans ont passé depuis. Nous revenons sur les débuts de la crise du sida au Luxembourg.

En mai 1987, le président du LCGB, Marcel Glesener s'adresse au public lors d'un discours : « Nous devons aussi nous préoccuper des maladies sociales, comme le problème de la drogue, et comme d'autres maladies contagieuses, comme le sida. » « Et le slogan (…) de la campagne pour contrer cette nouvelle maladie sociétale au Luxembourg est scandaleux. (…) Cela ne passe pas par le caoutchouc, comme le dit [le ministre de la Santé] Monsieur Berg. Mais nous ne pouvons combattre cette maladie que si nous parvenons à revenir sur les principes moraux au Luxembourg et dans le monde ! »

Étant donné qu'une infection par le VIH pouvait aussi et principalement être transmise par la sexualité, le sida a été une maladie hautement moralisée dès le début. La stigmatisation, la honte, l'homophobie et la transphobie étaient étroitement associées au sida. Cependant, les origines de la maladie remontent à plus loin – bien plus loin que 1981 – et sont en plus étroitement liées au racisme et au colonialisme européen. Certain·e·s chercheur·euse·s pensent que le VIH est apparu au début du XXe siècle en raison des conditions de vie misérables, du travail forcé et des déplacements de population, combinés à la domination coloniale brutale des Européen·ne·s blanc·he·s sur les peuples indigènes. Les esclaves Noir·e·s des plantations, des projets de construction et d'autres entreprises coloniales étaient nourris de viande d’animaux sauvages par les Européen·ne·s blanc·he·s, notamment de la viande de singe, ce qui a entraîné une exposition accrue de ces personnes au SIV, le précurseur du VIH dérivé du singe. Beaucoup de personnes Noires mouraient donc des effets du sida bien avant les années 1980. Toutefois, ce n'est qu'en 1981, après que les premières personnes blanches ont commencé à mourir et que la mort s'est rapprochée de la famille blanche, occidentale et hétérosexuelle de la classe moyenne, que la crise du sida a officiellement commencé.

La suite de cet article est réservée aux abonnés.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonnés en-dessous de l'âge de 25 ans

    90,00 €
    /an

40 ans de sida

2,00 €
/article

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.
En quelle langue souhaitez-vous recevoir la newsletter ? *

En vous inscrivant à la newsletter du Lëtzebuerger Journal, vous autorisez le traitement de vos données personnelles : votre email et votre préférence de langue pour recevoir régulièrement une sélection des derniers articles publiés. Plus d’information dans nos mentions légales.

Suivant

New Work: Le bien-être au travail, victime indirect de la pandémie