J'ai deux mots à vous rire - La bonne étoile du Sheriff

Von Claude Frisoni Artikel nur auf Französisch verfügbar

Notre chroniqueur aventureux est allé se promener dans un pays qui n’existe pas.

Fin septembre, le monde entier découvrait, stupéfait, le but venu d’ailleurs qui allait permettre au Sheriff Tiraspol de battre le Réal de Madrid en Coupe des Champions. L’information n’aurait pas le moindre intérêt si ce but, qualifié de « stratosphérique » par un commentateur aussi inspiré que ses collègues, n’avait été marqué par Sébastien Thill, international luxembourgeois. La victoire d’une équipe inconnue sur l’un des clubs les plus prestigieux et les plus riches de la planète avait de quoi surprendre. Mais la nationalité du buteur également. Car le genre de tir réussi par le jeune international luxembourgeois est d’ordinaire l’œuvre de vedettes, jouant dans les plus grands clubs de la planète. Mais les surprises ne s’arrêtent pas là. Quel est donc ce club au curieux nom dans lequel joue Sébastien Thill ? En principe, quand un footballeur luxembourgeois quitte son pays, c’est pour signer en France, en Belgique ou en Allemagne. Certains ont fait les beaux jours du FC Metz ou de Kaiserslautern. Depuis l’apparition du nouveau métier d’agent de joueur, d’autres destinations, un peu plus exotiques, sont apparues. La Chine, le Qatar, les Émirats Arabes Unis, le Japon… Mais le Sheriff Tiraspol, qu’est-ce donc ? ?

En allant fouiller du côté de Wikipédia, on apprend que Tiraspol est une ville de 154.000 habitants située en Moldavie. Rien de très palpitant au demeurant. Mais en poursuivant, on découvre qu’en plus d’être une ville moldave, Tiraspol est la capitale de la République moldave de Transnistrie. De quoi ? De Transnistrie. Fort bien. Mais encore ? Étymologiquement, Transnistrie signifie, « de l’autre côté du Dniestr ». Le Dniestr étant le fleuve qui coule dans le coin. Après une histoire mouvementée, la Transnistrie a été libérée de l’occupation nazie et de l’administration des fascistes roumains par l’Armée Rouge. Et aussitôt intégrée à la République Socialiste Soviétique Moldave. Dans les années 90, le démantèlement de l’empire soviétique perturbe pas mal les certitudes géopolitiques et le 2 septembre 1990, après la proclamation par la république de Moldavie du roumain comme langue officielle, les russophones et ukrainiens vivant à l'est du Dniestr déclarent leur indépendance face à la Moldavie, avec Tiraspol comme capitale. Le Soviet suprême de l'URSS ne reconnaît pas officiellement cette nouvelle république soviétique autoproclamée, mais le maintien de la XIVe armée russe en garnison à Tiraspol empêche le gouvernement moldave d'établir son autorité sur la Transnistrie. Il faut savoir que la langue moldave n’est jamais que du roumain. Mais du roumain écrit en cyrillique. Autant dire qu’à l’oral, il est difficile de différencier les deux idiomes.

Du willst mehr? Hol dir den Zugang.

  • Jahresabo

    168,00 €
    /Jahr
  • Monatsabo

    15,50 €
    /Monat
  • Zukunftsabo für Abonnent*innen im Alter von unter 26 Jahren

    90,00 €
    /Jahr

J'ai deux mots à vous rire - La bonne étoile du Sheriff

2,00 €
/Artikel

Du hast bereits ein Konto?

Einloggen
Jetzt den Newsletter abonnieren und nichts mehr verpassen. 

Um die Anmeldung abzuschließen, klicke auf den Link in der E-Mail, die wir dir gerade geschickt haben. Überprüfe im Zweifelsfall auch deinen Spam- oder Junk-Ordner. Es kann einige Minuten dauern, bis dein Journal-Profil aktualisiert ist.

Une erreur est survenue lors de votre inscription à la newsletter, veuillez-nous contacter abo@journal.lu.

Weiter

Kreisende Gedanken