J’ai deux mots à vous rire - Dans s’exprimer, il y a sexe et il y a primer

Von Claude Frisoni Artikel nur auf Französisch verfügbar

Alors que les scientifiques ont découvert une sauterelle qui se reproduit sans copuler depuis 250.000 ans, notre chroniqueur refuse qu’on suive son exemple.

J’avais évoqué il y a quelques mois dans ces colonnes, le cas de bébés condors californiens dont les scientifiques avaient découvert qu’ils étaient nés d’un œuf non fécondé par un mâle. J’en avais conclu un peu précipitamment que l’évolution avait commencé à se passer des mecs, des machos, des balafrés, des costauds, des balèzes, des monstres à queue… car trop dangereux pour la survie de l’espèce. En effet, avais-je alors relevé, ces individus de sexe masculin sont responsables de 84% des accidents mortels de la route, de 90% des homicides et de 99,98% des féminicides.

Je dois reconnaître aujourd’hui, qu’aveuglé par une sorte de féminisme gauchiste woko-islamo-décolonisiato-extrémiste, j’avais exagéré les conséquences de la découverte des scientifiques américains.

Car pas plus tard qu’hier, alors que la plupart des chaines de télévision commentaient des résultats électoraux, sauf celle que je regardais et qui retransmettait un match de foot entre quelques-uns et quelques autres (quelques autres ont gagné), un pop-up a secoué mon smartphone et réussi à capter mon attention ; ce qui est la raison d’être d’un pop-up, semble-t-il.

Du willst mehr? Hol dir den Zugang.

  • Jahresabo

    168,00 €
    /Jahr
  • Monatsabo

    15,50 €
    /Monat
  • Zukunftsabo für Abonnent*innen im Alter von unter 26 Jahren

    90,00 €
    /Jahr

Du hast bereits ein Konto?

Einloggen
Jetzt den Newsletter abonnieren und nichts mehr verpassen. 

Um die Anmeldung abzuschließen, klicke auf den Link in der E-Mail, die wir dir gerade geschickt haben. Überprüfe im Zweifelsfall auch deinen Spam- oder Junk-Ordner. Es kann einige Minuten dauern, bis dein Journal-Profil aktualisiert ist.

Une erreur est survenue lors de votre inscription à la newsletter, veuillez-nous contacter abo@journal.lu.

Weiter

Die Straße durch ihre Augen