J’ai deux mots à vous rire - Ça jeûne et ça ne sait pas…

Von Claude Frisoni Artikel nur auf Französisch verfügbar

Notre chroniqueur a découvert comment des gourous s’enrichissent en affamant leurs semblables.

On vit décidément une époque surprenante. Alors que certains s’inquiètent avec raison du sort des défavorisés qui vont bientôt devoir choisir entre avoir froid ou avoir faim – et encore, quand ils auront la chance d’avoir le choix -, d’autres ont décidé de faire du jeûne un business. Pas du jeûne pour amateurs non chevronnés, pas de l’inoffensif jeûne intermittent, qui ne consiste jamais qu’à prendre son café noir sans sucre ni crème ni chocolatine le matin. Non, du vrai jeûne, du jeûne piloté par un coach rémunéré. Encore faudrait-il ne pas rabaisser ce genre de génie au titre de coach. C’est un naturopathe. Rien moins. Voici ce que nous apprend France Bleu Touraine, au sujet d’un de ces bienfaiteurs. « Plus de 4.000 signalements en 2021, soit une hausse de 33% en un an. Voilà ce qui ressort du rapport de la Miviludes, la mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires, publié jeudi 3 novembre. Et dans ce document de 216 pages, parmi plusieurs noms, figue celui du naturopathe qui avait organisé un stage de jeûne hydrique en Touraine en 2021, au cours duquel une femme est décédée ».

Qu’est-ce que le jeûne hydrique ? Une pratique consistant à cesser de se nourrir en ne buvant que de l’eau. A quoi ça sert ? Eh bien, pour être honnête, en tout premier lieu à faire gagner des sous au prétendu naturopathe. Car celui qui a été, suite au décès d’une cliente, interdit d’exercer, a trouvé une formule non présentielle. Il demande à ses clients de danser devant le buffet chez eux et de faire le point avec lui tous les deux soirs en visioconférence. Une « formule » facturée entre 700 et 1.200 euros selon le nombre de jours». Mais le jeûne hydrique ne sert pas qu’à enrichir les « naturopathes ». Ce serait assez banal dans un monde où le moyen le plus sûr et le plus rapide de devenir très riche est précisément d’affamer ses semblables. Son premier effet non lucratif bénéfique serait la détoxification, en langage branché, la « détox ». Phénomène qui permettrait à l’organisme d’éliminer les toxines. Sauf que la nature avait déjà prévu le truc et que le corps élimine les toxines sans l’aide de personne.

Du willst mehr? Hol dir den Zugang.

  • Jahresabo

    174,00 €
    /Jahr
  • Monatsabo

    16,00 €
    /Monat
  • Zukunftsabo für Abonnent*innen im Alter von unter 26 Jahren

    90,00 €
    /Jahr

Du hast bereits ein Konto?

Einloggen
Jetzt den Newsletter abonnieren und nichts mehr verpassen. 

Um die Anmeldung abzuschließen, klicke auf den Link in der E-Mail, die wir dir gerade geschickt haben. Überprüfe im Zweifelsfall auch deinen Spam- oder Junk-Ordner. Es kann einige Minuten dauern, bis dein Journal-Profil aktualisiert ist.

Da ist was schief gelaufen bei deiner Anmeldung für den Newsletter. Bitte kontaktiere uns über abo@journal.lu.

Weiter

Demenz-Strategie: „Viel Anlauf, aber nicht weit genug gesprungen“