J’ai deux mots à vous rire - Si Dijon disjonctait

Par Claude Frisoni

Alors que le printemps adoucissait son humeur, notre chroniqueur redevient ronchon à l’annonce des pénuries.

Alors que la danse folle des coquelicots et les arabesques des fragrances des lilas dans le vent printanier incitent à l’insouciance ; alors que les vols désordonnés et parfaitement inexplicables des mésanges bleues, tandis qu’elles zinzinulent à tue-tête (oui, la mésange bleue zinzinule, quand elle ne zinzibue pas, quoi qu’en disent ceux qui prétendent qu’elle tintine !), soulèvent l’âme et allègent l’esprit, car le chant de la mésange bleue est comme une symphonie légère pour le promeneur solitaire.

Qu’on se le dise, le solo de la mésange bleue « commence par un tsi-tsi-tsih tinté et aéré et culmine dans un trille doux et métallique », selon un rédacteur de Wikipedia particulièrement inspiré. Alors que les grenouilles grenouillent, que les pies bavardes chapardent, que les biches bichonnent, que les écureuils sont curieux, que les lézards lézardent, que musaraignes musardent et que les amoureux romantiques toquent à la porte du bonheur, alors que même le chroniqueur ronchon et râleur est d’humeur primesautière, une terrible nouvelle vient, comme la rumeur de l’orage approchant en fin d’après-midi, tout gâcher et plonger l’optimiste un peu niais dans des abimes de perplexité teintée de désespoir.

Car enfin, fallait-il vraiment balayer cette légèreté printanière, cet enthousiasme saisonnier, cette belle attitude appelée béatitude, en annonçant brutalement et sans ménagement le risque d’une pénurie de moutarde ? Sérieusement ? Qu’avons-nous donc fait pour mériter telle épreuve ? Certes, des rumeurs avaient fait état de risques de pénuries de certains produits, comme le gaz, le pétrole, l’huile de tournesol, le papier, les vis platinées… Mais aucun de ces trucs n’est vraiment indispensable. A part peut-être le gaz, le pétrole, l’huile de tournesol et le papier.

Accédez à la suite du contenu.

  • Abonnement annuel

    168,00 €
    /an
  • Abonnement mensuel

    15,50 €
    /mois
  • Zukunftsabo pour abonné·e·s en-dessous de l'âge de 26 ans

    90,00 €
    /an

Avez-vous déjà un compte ?

Connectez-vous
Pour ne rien manquer, inscrivez-vous à la newsletter.

Pour finaliser l'inscription, cliquez sur le lien indiqué dans l'e-mail que nous venons de vous envoyer. Vérifiez également votre dossier de courrier indésirable ou spam, en cas de doute. La mise à jour de votre profil Journal peut prendre quelques minutes.

Une erreur est survenue lors de votre inscription à la newsletter, veuillez-nous contacter abo@journal.lu.

Suivant

Bortsch, Gromperekichelcher et ballon prisonnier