J'ai deux mots à vous rire - Fête et défaite

Von Claude Frisoni Artikel nur auf Französisch verfügbar

Jusqu’en 1803, la Fête de la Fondation de la République avait lieu le premier vendémiaire de chaque année. Et c’était très bien ainsi. Car pour ceux qui auraient oublié le calendrier républicain, rappelons que le premier vendémiaire tombe le 23 septembre, autrement dit le jour de mon anniversaire.

On célèbre aujourd’hui, du côté de chez les voisins du sud, la Saint Quatorze Juillet. C’est la Fête Nationale de ces mêmes voisins du sud. Ce qui signifie qu’ils sont les seuls à en profiter pour ne pas travailler aujourd’hui. C’est le propre des fêtes nationales : seuls les nationaux concernés en bénéficient. Contrairement aux fêtes internationales, comme le Premier Mai, qui sont célébrées partout. Enfin presque. Dans certains cantons suisses, cette journée n’est pas fériée. Ce qui fait penser à une jolie pensée de Woody Allen : « On trouve des traces d’intelligence partout. Même dans certains cantons suisses ». Sans doute justement ceux où on fête le 1er mai. Beaucoup s’étonnent que la France ait choisi, comme Fête Nationale, la célébration d’une émeute ayant débouché sur la destruction d’un édifice public, la célèbre Bastille. Mais rien ne dit que ce soit cet événement qui est fêté le 14 juillet.

En effet, la loi Raspail du 6 juillet 1880 dispose simplement, dans un article unique : « La République adopte le 14 juillet comme jour de fête nationale annuelle ». Sans préciser quel est l’événement commémoré. S’agit-il de la prise de la Bastille de 1789, de la Fête de la Fédération de 1790, de la mort de Philippe Auguste en 1223, de la naissance de Mazarin en 1602 ? Nul ne le sait. D’ailleurs, avant cette fameuse loi de 1880, d’autres dates avaient été retenues pour cette fête nationale. Jusqu’en 1803, la Fête de la Fondation de la République avait lieu le premier vendémiaire de chaque année. Et c’était très bien ainsi. Car pour ceux qui auraient oublié le calendrier républicain, rappelons que le premier vendémiaire tombe le 23 septembre, autrement dit le jour de mon anniversaire. Et je dois reconnaître que pour un mégalo, avoir droit à des défilés militaires, des feux d’artifice et un jour de congé pour tous, le jour de son anniversaire, c’est très agréable.

Nur für unsere Abonnenten.

  • Jahresabo

    168,00 €
    /Jahr
  • Monatsabo

    15,50 €
    /Monat
  • Zukunftsabo für Abonnenten im Alter von unter 26 Jahren

    90,00 €
    /Jahr

J'ai deux mots à vous rire - Fête et défaite

2,00 €
/Artikel

Du hast bereits ein Konto?

Einloggen
Jetzt den Newsletter abonnieren und nichts mehr verpassen. 

Weiter

Alexandra Kerckhof oder die Pop-Version der Kinderbetreuung